• Ateliers éphémères de la Creuse à la mer voire l'océan...Avril...Mai 2015...

     Proposition des ateliers du Pliant

    [...]
    À chaque étoile perdue dans la nuit
    À chaque larme séchée dans la nuit
    À chaque nuit d'une vie
    À chaque minute
    D'une seule nuit
    [...]

    François Cheng. 

     

    De quelle peinture se chauffer

     

    Cette nuit

    où se cache la montagne couchée

    Flancs éclairés de lavande

    coulées de résines brunes

    grandiose immergé

    dans la craie blanche de Staël

    Tu caresses une île sombre

    du regard

    debout à la proue de ta barque

    vacillant comme la flamme

    depuis qu'enfant

    un poster au hasard des couloirs

    a calciné ta pupille

    ..........................................

    Les faits sont têtus

    comme fétu de paille

    et poutre dans l'oeil

    Un peu de houle ma boule

    ne nuit pas au voyage

    Seule

    la pensée s'obnubile

    quand s'oblitère la monnaie du pape

    en monnaie de singe

    histoire de remplir l'auge sans écoper

    Rimbaud le tempêtueux mirage

    n'en est toujours pas revenu

    lui qui de la nuit

    en connaît un rayon

    .............................................

    Océan étal

    Miroir d'argent

    Je monologue avec ma nuit

    Le tutoiement est un leurre pour les poissons

    L'île

    immobile

    caillou de silence

    Silence de nuit

    nuit dans la vie

    vie dans la nuit

    Tangage des pensées

    Fixer une île

    mus par un fil

    Emergence

    infime

    à l'instant

    Désir de jour

    d'inflorescences

    Hanches de repos

    Envisager

    l'île déserte

    L'arbre

    sur le sable

    nu

    Dévisager

    le paysage

    .................................................................

    Une rivière si vaste

    qu'elle ressemble à la mer

    ça n'existe pas ça n'existe pas à ce qu'on croit

    L'îlot de rivière

    sans les saules sans ripisylve et amphibiens

    le flot de rivière

    sans bras morts

    que nenni

    Quel nino quelle nina

    Les marins sans marinières

    quel embarras

    Sous prétexte de pêche à la mouche

    par un jour de calme plat

    bien gratiné mâtiné buriné enrubanné

    chanter une ode à la truite

    sur un air de Schubert

    ou de salsa

    La vie ça va comme ça

    Va

    avec un tuba

    .................................................................

    A.W. alias Charlotte Opom

    (pour y voir vraiment plus clair...clic...)

     

    Musique du jour bon jour "Cheval des 3"...clic...

    « Poésie au passage 363 ...Poésie au passage 364... »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :