• Poésie au passage 107...

    dites ah

     

    la poésie ne l'efface pas

    elle creuse fonde les cercles du puits

    elle se déforme indéfiniment sous les coups aux plexus

    elle est cette bouche d'enfant formant nos voyelles

    cette bouche à buter les consonnes

    elle a des bras pour sa danse contemporaine

    sa musique a du cran

    elle fait provision de nos résistances clandestines

    blanchissant les murs pour nos écritures

    tu la reconnais dans la rue

    où se retrouve le flux battant de nos pensées

     

    andrée wizem

    « Poésie au passage 106...Poésie au passage 108... »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 26 Janvier 2013 à 12:30

    magnifique interprétation, j'ai adoré.

    Merci pour ce délicieux partage.

    Et en ps : je pourrai rajouter que je suis en admiration devant tant d'ouverture d'esprit et de sujets si différents abordés.

    Biz

    régine 

    2
    andree.wizem Profil de andree.wizem
    Dimanche 27 Janvier 2013 à 18:06

    Bonjour Régine,

     

    Merci d'avoir pris le temps de t'arrêter pour lire.

     

    J'espère qu tu pourras continuer à t'aventurer en poésie et en peinture comme tu as si bien commencé ainsi qu'en témoigne ton blog.

    3
    Lundi 4 Février 2013 à 10:34

    ah, comme j'aime ce visage de la poésie!

    4
    andree.wizem Profil de andree.wizem
    Lundi 4 Février 2013 à 14:33

    Bonjour Gazou,

     

    (Je ne réagis pas à tous les commentaires. Nous avons l'occasion d'échanger par ailleurs.)

    Là, il s'agit d'un poème d'humeur (ça m'arrive), en réaction au contexte mais qui, je l'espère peut dépasser les circonstances. J'écris des textes introspectifs mais quand un texte en prise direct avec ce qui se passe autour de moi se présente, je l'observe et s'il me paraît honorable, je le publie.

    A bientôt.



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :