• Poésie au passage 114...

    errare*

     

    à chacun ses errements

    qui grignote la feuille

    la perfore

    la faisant disparaître en son centre

    dans des cercles funèbres

    l'amenuisant du va et vient de la bouche obscure

    la redessinant de ses contours mous

    sans début ni fin

    qui picore la multitude des petits fruits

    remuant l'amoncellement

    dans l'embarras de l'orange du rose du rouge du jaune

    appâté par l'émergence de verdeur des plantes hors saison

    tu imagines que ce sont tous ces insectes qui figurent

    au bataillon des encyclopédies de la botanique

    et ces bêtes à plumes et à poils qui ont l'art de vivre la nuit

    pour revisiter le monde

    l'origine du tableau est à jamais inconnue

    nul n'a pu assister au festin dans le secret des miniatures

    aux films de l'alchimie de la matière

    aux instants de la trouvaille

    tu peux encore errer longtemps dans les pages des livres

    aller d'une erreur à une autre

    de l'acarien à la feuille

    de la baie à l'oiseau

     

    andrée wizem

     

    retour à "jardins au passage"
     

     

     

    « Compagnie de l'Oeil Nu...St Vallier sur Rhône 26...Poésie au passage 115... »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :