• Poésie au passage 147...

    by night

     

    le temps passait

     

    derrière les essuie glaces

    c'était la vaste étendue des chiens écrasés

    il était convenu que tout était fait divers

     

    les belles intentions tombaient une à une

    à chaque passage d'horodateur

     

    depuis longtemps

    les gens allaient leur train

    sans marcher main dans la main

     

    une barrière automatique plus loin

    c'était tout à fait le désert

     

    le sifflotement étouffait à peine

    les grincements de nos multiples solitudes

    malgrè l'imitation à merveille de l'oiseau de compagnie

     

    en fond sonore

    les paroles en l'air

    de la chanson inédite

     

    au volant

    le vieillissement de la peau

    marquait des points

     

    le temps passait sous la pluie

    les essuie glaces balayaient des faits divers

     

    andrée wizem

    « Expo René Schlosser...St Vallier sur Rhône 26...Poésie au passage 148... »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :