• Poésie au passage 20...

    couloir


    permanence des corps mourants

    un bras est projeté

    contractions du coeur

    qui se révulse

     

    l'image se replie dans les traits secs

    les jambes pendantes au bras d'une femme

    dans le couloir qui jouxte la salle de soins


    il est tôt ou il est tard

     

    des osselets marquant les orteils

    tu remontes au ventre creux au sternum bombé

    puis tu tombes avec la tête

    aux yeux fixes

     

    tu fais le calcul des sept ou huit années

    d'une enfance qui se liquéfie

    sous nos regards

    tu ne vois plus le pagne sur la peau

     

    mais

    quelque chose a bougé dans l'image

    la main décharnée s'est mise à jouer

    avec la médaille qui pend au cou de la mère

     

    c'est à ce moment là qu'une voix dit un numéro

    la femme se lève portant son enfant

    survivant


    andrée wizem

     

    « Poésie au passage 19...Poésie au passage 21... »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :