• Poésie au passage 328...

    Poésie au passage 328...

    rimaille aïe la rime

     

    ce flot qui se fend

               affadi et futile

                      fondu dans les broutilles

     

    ce flot qui s'essouffle

                assoiffé et stérile

                          battu aux écoutilles

     

    ce flot qui s'accroche

              de branches et de brindilles

                               entre ru et guenilles

     

    ce flot qui s'embourbe

                   encombré et sénile

                              terni de pacotilles

     

    ce flot qui bataille

                 jeux ardus ou puériles

                              à la rue la godille

     

    ce flot qui s'évade

                   se répand versatile

                                 éperdu de vétilles

     

    ce flot qui se plombe

                    s'alourdit s'annihile

                                 tissu  de banderilles

     

    ce flot qui s'interpelle

                     s'étripe et se mutile

                                  m'as tu vu ma famille

     

    ce flot qui rimaille

                     de plein pied et d'exil

                                    revenu d'estampille

     

    ce flot qui s'évapore

                    s'écume et se distille

                                 imbu de ce qui brille

     

    ce flot qui me rappelle

                     les froidures et l'avril

                                  fétu qui me titille

     

                 

     

    andrée wizem

     

    Retour à Carnet "entrepôt des rêves"...clic...

     

    « Poésie au passage 327...Ecrits de femmes...Romans sur Isère 26... »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 7 Novembre 2014 à 10:48

    voilà de belles rimes...Bonne journée Andrée !



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :