• Poésie au passage 34...

    grandes eaux

     

    les rivières

    la plus proche a goût de vase

    charriant l'opacité même aux jours clairs

    une autre a la transparence en soi

    mêlant blancheur de roche et variations de l'air

    dans un flot de turquoises

         le fleuve lui

    tu le vois toujours dans sa maturité

    large et régulé

    traversant les villes

    sa source est un épanchement

    qui ne cesse d'apparaître

    prenant force et bouillonnement

    dans ce qu'il emporte au passage

    hier

    le chemin débouchait

    sur cette gorge humide encombrée

    de caillasses

    de bois arrachés aux orages

    dans l'attente du prochain trop plein de pluie

    le torrent imprévisible

    pénétrant la terre

    suivant la pente qui glisse

    vers l'océan

     

    andrée wizem

    « Poésie au passage 33...Poésie au passage 35... »

    Tags Tags : , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :