• Trace de slam 25...

    bon...fredo alias monsieur plus et moi...
    nous avons une discussion à bâtons rompus
    sur la règle des trois minutes
    (disons cinq...bon poids...)
    avec laquelle se déroule les scènes ouvertes
    que nous arpentons...

    le texte de fredo précédemment publié
    ne reflète pas sa tendance appuyée
    au slam fleuve...

    disons que je vois les textes de monsieur plus
    comme un seul et même texte à la forme hybride
    se déroulant en gonflant démesurément par endroit
    libérant un flot de matières
    à cogitum avancé...d'excroissances...
    d'apartés plus ou moins vastes et profonds...
    suivant des fils tirés ici ou là...
    se développant en tous sens
    sans cesser de triturer
    cette prolifique et protéiforme verbalisation
    qui naît sous le regard exalté de son auteur
    dans une jubilation qui ne se tarit pas...

    fredo m'explique qu'il crée ses textes
    mentalement et oralement dans un même mouvement
    les mémorisant illico presto
    sans avoir recours au clavier...

    voici des textes mis sur l'ordinateur pour l'occasion
    où ses efforts de se contenir
     aux trois minutes imparties
    l'ont conduit à tenter de domestiquer
     les développements de son exhubérance neuronale...

    andrée w.


    .....................................
    .....................................


    Grenadine


    Un verre, de l'eau, une paille, une grenadine

    Un pot offert à la santé des hommes et des femmes
     aux hormones et aux âmes à vif,
    tchin! Tchin!

    Des galbes girons camouflés
     par un genre de longue gabardine

    Le genre Garbo enrobée,
    raison invoquée à l'envolée
    de mon taux de testostérone endocrine

    Dédicace en argot salace à une Bardot bandante
    en maillot blanc et jean's

    Eloge à une égérie de prisunic
    volage bradée à la criée sur l'étalage à prix d'usine

    Exquise esquisse à l'éponge d'une vie rêvée
     aux antipodes du carnage avéré d'une vie d'usine

    Camouflet porté sans camouflage à la télé
    et ses programmes aux relents frelatés d'urine

    Elagage au rabot d'un égo au rabais
    pour des dégats mégalos minimes...

    .....................................

    3 minutes

    J'exulte à l'idée d'étreindre quelques minutes encore
     avant qu'le carillon l'emporte,
     ne serait ce que des miettes
    de vos écritures démentes

    Rien qu'à y songer
    j'en ai les mains moites, des menottes au poignet,
    comme l'intrusion d'huissiers dans mes pénates

    Chez ma chérie comme chez mon amante,
    les règles, ça m'a toujours fait chier

    Pas d'émeute, pas d'émeute,
    j'trahi pas l'être aimé,
    celle qui m'aimante ne couche que dans mes cahiers

    La mie qui me hante, c'est pas la pie qui chante,
    quoiqu'elle soit volatile aussi

    Mon amie s'veut malicieuse, enjouée, impertinente,
    tantôt hype, tantôt hypie

    C'est mon entrave, ma camisole, ma geôlière

    La gaggie qui jubile à l'apogée d'mes crises de nerf

    La mégère qui génère l'expansion
    d'mes aspirations créatrices
    et m'lâche au milieu d'la croisière
    en pâture au cros des cerbères,
    ces loups garous égarés d'un mètre au moins au garot
    et garants d'une fin atroce

    Plutôt périr étouffé dans les ronces
     qu'laisser la censure
     atrophier la faconde émanant d'ma matrice

    Si quelqu'un a une insigne et un rouleau d'adhésif,
     c'est la concision qu'il faudra qu'il m'enseigne
    avant qu'j'exécute à coup d'rime, de rame
     ou à l'arsenic narratif
    les otages résignés de mes carnets d'campagne

    Qu'la CIA m'suicide si mon jugement faillit
    une fois de plus,
    mais j' reste persuadé
    qu'un navet cuit moins d'trois minutes
    reste un navet cru

    Peut être qu'à l'inverse du début
    les dix minutes qui suivent t'auraient ardemment plû

    Peut être, parce que peut être pas aussi,
     et hélas c'est là qu'est l'os

    Avec ou sans les plaques et les vis
    suivant les sévices que t'a su infliger
     à ta carcasse durant ta douce enfance
     à tester l'adhérance de tes godasses
    sur le parvis lisse
    où t'as laissé tes tibias, tes dents
    et un bout d'ta tignasse,

    Mais bon, c'est pas l'sujet,
     c'est les limitations qui m'obnubilaient

    Je m'interrogeais

    Y'aura t il un vaillant représentant
    du comité d'éthique slamologique
     posté prostré chrono en main
     à l'extrémité droite de la scène
    prêt à censurer les excés d'zèle poético-temporels
    des artisants du larsen,

    Alors rentrer dans le cadre?
    OK!
    Si le hoquet m'accable, ça doit pouvoir se négocier
    sans cérémonie

    Mais à mon avis pas sans modulation d'la célérité

    Pas sans booster l'débit,
    un peu comme tasser tout son bordel
    dans un placard trop petit
    et... fermer la porte en forçant
    comme un sourd à grand renfort de coup d'épaules
     au détriment des reliques sacrées qu'on y amasse

    C'est bien, c'est génial, c'est parfait, ça marche!

    Ca marche, ça marche du moins tant
    qu't'as pas la necessité
    du moindre ustensile qu't'as pu y ranger

    C'est fait, c'est fait!
    Peu importe ce que t'as pu y égarer,
    j'crois qu't'avais pas idée
    de c'que cette étourderie va génerer

    A l'ouverture faudra appeler tous tes amis
    et vous serez pas trop d'dix
    car c'est un tsunami qu'il vous faudra gérer

    Alors hein? 3 minutes? Trop court, trop long?

    Il y a toujours 2 points d'vue!

    D'ailleurs Newton avait déjà pondu
    la théorie d'la relativité

    En 3 minutes qu'en eu t il été?


    Fredo alias Monsieur Plus

    .....................................
    .....................................

    « Trace de slam 24...Trace de slam 26... »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :