• Trace de slam 44...

      ah...çoise...

    rencontrée sur les scènes slam mémorables

    en 2006...

    çoise ne cesse de ré apparaître sous de nouveaux jours...

    nous avons eu  le plaisir de découvrir son recueil

    "mon nom est je" édité chez "gros textes"

    (clic)

    au baz'art des mots

    lors de sa présentation haute en sonorités...

    (ça résonne encore...pour peu qu'on y tende l'oreille...)

    (clic)

    nous avons eu le plaisir de découvrir son spectacle "poésique"

     (clic)

    (pour ce qui me concerne à "la bonne fromagerie" de crest...)

       (clic)

     puis d'ateliers d'écritures

    (qu'elle met en place de temps à autre...)

    à ses ateliers de chant-sons vous menant tout en fatrasie

    (joli mot...n'est il pas...)

    "au cabaret des possibles"...

    (?)

    elle swingue...

    allègrement...

    toute cette péregrination

    (des mots...

    périlleux...chagrinerie...imagination et pertubation...

    pas rumination...gris gris et compagnie...)

    toute cette déambulation...

    (des mots...

    buller...fabulation...amplitude...longitudinale et subliminale...

    ambulatoire et déglutition...)

      pour aller où...me direz vous...

     vers un prochain atelier sing song au plurielle...

     oui un atelier chant-sons de çoise

    pérégrinatoire...déambulatoire...sur drôme et pas sur loire...

    est bien prévu...

    (oui...vous avez bien lu...mais pas encore entendu...)

    dimanche 11 septembre 2011

    de 10h à 18h

    au 73 rue de l'hôtel de ville

    26400 crest

    (coordonnées à trouver dans les liens ci dessus pour toutes précisions utiles...)

     il paraît même

    que çoise dite françoise verihlac

    va de ville en voile et haute voltige...

    avec un spectacle haut en ferveur

    "amour...amor...amore..."

    (clic)

    bref...

    çoise parle...chante...vit...

    et balance de la poévie au passage...

     

    a.w.

     

    ....................................................................

     

    LETTRE OUVERTE A MA NOUVELLE VAGUE DE FEMINITE


    Plus de règles
    Me voilà hors la Loi
    Hors de la Loi du sang
    Et de son échéance
    Trop soumise au devoir
    De pourvoir Descendance
    Plus de règles
    D'un coup vieille
    Hors champ du temps
    De générer de la génération
    Des menstruations et des mensurations
    Exit du marché de la reproduction
    De la production d'âmes
    Me reste son supplément
    En rimes et allitérations
    L'enfantement d'un genre
    Verbe en vagabondage
    Dans la saison du retour d'âge
    Libre ... mais
    Ovaires et contre tout
    Contre vent et marées
    Coulées, saignées et pertes amarante
    Restée Femme
    En Femme
    Au bout de sa patience
    Au bras du badinage
    D'une fin d'après-midi
    Ni pure ni impure
    Antique parturiente
    Je me pause, alanguie en ma maturité
    Mais n'ose encore aimer cette nouvelle vague
    De ma féminité
    Plus de règles
    Me voilà hors la Loi
    Hors de la Loi du sang
    Et de son échéance
    Sans plus avoir devoir
    De quelque descendance
    Ou de prolongement de notre espèce humaine
    Elle se duplique sans moi
    Dans le ventre des pleines
    Femmes en espérance
    Rendue au rang des usagées, des gainées, déreglées
    Horloge arrêtée
    Au rencart à usage de placard
    J'ai l'utérus en berne
    Les trompes qui se penchent
    Telles tiges fanées
    Les hormones en désordre
    Livrent dernière bataille
    Dans le fond du bassin
    Voulant se rendre utiles
    Accueillent maintenant
    Un cycle sans plus de lunes
    Du début de la fin
    Et font bondir en vain
    Des seins taris de lait
    Les ovules au chômage
    Vont en conciliabule
    Se retirer sans bruit
    Au fond de la matrice
    Et s'éteignent en silence
    Comme lampions au bal
    Dans le petit matin
    Mais ...
    Ovaires et contre tout
    Contre vents et marées
    Coulées, saignées et rouges traînes
    Suis restée une femme
    Avec une Sex-actualité
    En pur Principe Yin
    Origine du monde
    A l'état de concept
    Me voilà incarnant L'Eternel Féminin
    Celui qui n'a pas d'âge
    Mais contient l'âge d'or
    Et s'il n'accouche plus
    Messieurs, il couche encore !

     

    ....................................................................

     

     

     

    METTRE LES VOILES

     

    Horizon rayé

    Barre à la fenêtre devant ciel

    Je me barre

    Mais ne peut m'évader

    Voir sans être vue

    Sous les jupes d'une maman

    Sous la nappe de la table

    Sous cape

    Je ne ris pas

    Sous la housse

    qui recouvre

    Protège cache

    Je suis cachée

    Tu ne me vois pas

    Témoin de la vie

    Je la regarde

    Dehors vu du dedans

    Je n'y suis pas

    La partie se joue sans moi

    Ma seule compagnie

    Le souffle qui sort

    s'échappe de sous la couche

    de ma bouche

    L'odeur enfermée de mon corps

    Le bruit de mon coeur

    L'odeur enfermée de mon coeur

     

    Horizon rayé

    Encloisonnée entre les pans

    Sans murs

    Derrière mes barreaux

    Je suis murmures

    D'un regard tendu

    Vers le monde

    Extérieur

    Intérieur chasse gardée

    Intimité non regardée

    Point d'exclamation muet

    Qui glisse sans bruit

    Fantôme aux arrêts

    Linceul debout

    Je frôle les vivants

    Ne me saluent pas

    Ne me demandent pas leur chemin

    Ne cherchent pas mon regard

    Ceux-là ne me tendent pas la main

    A travers la fenêtre barrée

    Horizon rayé

    Langue morte

    Sous la robe

    Un corps cintre

    Où s'est pendue l'aube

    Des communiantes noires

    Le négatif d'une photo

    Non encore révélée

    Souffle est mon seul compagnon

    Respiration ma seule conversation

    avec Extérieur

    Dehors je suis enfermée

    Dehors

    Entravée

    Enmurée

    Empêchée

    Empêtrée

    Embusquée
    Engrillagée

    Masquée

    Totalement

    Niée

    Il n'y personne

    Là je ne suis personne

    Mais un Être à l'horizon rayé

    Un sexe

    Rayé de l'horizon

    Sous ma Burka

     

    ............

     

    Il ne faut pas se voiler la face

    j'ai vécu sous la burka

    dans mon enfance

    éloignée de l'autre

    de l'Homme

    de la Femme

    en moi

    des bras de la Vie

    Du sexe du bonheur

    enfermée dans ma robe de petite fille modèle

    la même que mes soeurs

    emprisonnée dans la faute d'être une fille

    recluse dans ma chambre de petite fille qui grandit malgré tout

    malgré eux

    malgré le voile de communion solennelle

    venu recouvrir solennellement

    le corps adolescent les désirs naissants angoissants

    du désir de sortir de percer le cocon enfermant étouffant

    laissant quoi derrière elle quoi devant

    rien

    un voile

    devant les yeux pour ne pas voir

    La vie devant soi

     

     

    j'avais un voile devant les yeux

    terrible car

    invisible

    une fois déchiré l'interdit

    de vivre

    de jouir

    dévoilement

    enfin

    je me vois

    et

    je mets les voiles

     

     

    ....................................................................


     

    POEME RECYCLE

     

    Canette écrasée aplatie passée sous les roues d'une voiture - plaque noir et or Koenigbeer le roi est mort emballage de l'ivresse en allée ne reste plus

    que ça

    une lame de ferraille

    Roi réduit en cylindre platitude

    plaqué au sol déchu ne règne plus

    Capsules gavées de terre où persistent quelques couleurs

    Bouchons rouges bouchons blancs ne ferment sur rien

    sans plus de débouchés dans l'usage

    Jaunâtres mégôts mouillés défaits en lamelles molles

    Récipients contenants inutiles

    bouteilles vides et tessons

    vestiges de bouteilles à la mer jetées au vent vomi

    Morceaux mortels des rixes des hommes témoins des blessures échangées la colère en éclats de verre épais a tranché l'amitié entre ivrognes

    la rogne des malheureux dans le désespoir des choses

    des choses que je ramasse

    Os rose rogné de chienchien coincé dans la vase du lit sal planté dans la boue ridicule entamé léché sans fin par la bouche du torrent

    Les choses que je ramasse récupère repêche toute honte bue

    en désespoir de choses des rejets des échoués

    les met dans une poche plastique sac en guise de suaire avant la mise en bière la mise en terre

    Je rends dernier hommage aux soldats inconnus du quotidien les déchets en les nommant dans leur ancienne utilité dans leur servile identité pour finir dignement dans la poubelle boîte à ordures pour mots rejetés abandonnés laissés pour compte les pas choisis les pas -poèmes les mots qui ne sont pas dans le texte je ramasse les restes de langage qui traînent par terre les mots qui sont par terre écrabouillés crottés dépottoir du non-dit non proféré les mots du non poème de la non prose je non parle d'eux les sans sépulture du signifié qui n'a pas eu de sens dans quelque littérature qui vont droit au cimetiere des écritures au dépottoir en ruines de runes.

    Mon silence est peuplé de tombes pleines de canettes de capsules et de joujoux oubliés restés coincés dans les cailloux du lit de l'eau coulante noeud de la corde au cou

    J'écris pour eux parole pensée qui les libère du piège de l'échouage afin qu'ils filent dans le sens de la langue

    J'écris pour vider le silence le nettoyer de tous les rebus

    Draguer le fond du lit à terme - décrire le limon fait de ces mots squelettes d'anciennes vies morts pour n'avoir pas vu le jour du poème

    ceux qui pourrissent au soleil d'Antigone et s'enfoncent dans l'humus s'efforcant de quitter la matière lents à rejoindre l'organique terreau du cri

    Palimpseste édifié sur les couches des mots sans gloire désaffectés

    un poème en écrase un autre et est effacé par le suivant - agonie qui donne vie- vers tirés des immondices du verbe tendu sur l'indicible

     

    L'écriture surgie de la pourriture comme Fleur du sonnet poussée sur le fumier


    ....................................................................


    Françoise Verihlac

    « Trace de slam 42...Trace de slam 45... »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :